Skip to content

La lutte contre les inondations

Le bassin versant de la Hem est un territoire soumis à un risque inondation important. En effet entre 1988 et 2018, il a connu 14 arrêtés de catastrophe naturelle pour inondation et coulées de boue, soit quasiment 1 arrêté tous les 2 ans.

La plupart des inondations qui touchent le territoire du syndicat sont des inondations considérées comme courantes parce qu’elles ont une période de retour comprise entre 2 et 10 ans, cependant les crues d’Août 2006 et de novembre 2009 sont considérées comme des crues importantes parce qu’elles ont une période de retour supérieur à la crue cinquantennale.

L’inondation du 13 Août 2006 est restée dans les mémoires à cause des nombreux dégâts causés (inondation d’un grand nombre de maisons dans le bassin versant, destruction du pont de Clerques, inondation des routes rendant certaines zones inaccessibles, etc.).

La maîtrise des ruissellements ruraux

dans la vallée de la Hem

Par manque d'infiltration dans le sol, les ruissellements ruraux se forment à la surface des parcelles agricoles et se concentrent vers l'aval. A l'échelle des bassins versants, ces écoulements de surface viennent alors gonfler les cours d’eau.

Dans les parcelles cultivées, ces ruissellements peuvent aussi être à l'origine du phénomène d'érosion quand il y a arrachage et transport des particules de sol.

Ces phénomènes naturels sont amplifiés selon plusieurs facteurs :

  • L'intensité et la durée des pluies,
  • Le relief et les pentes,
  • La nature des sols,
  • L'occupation des sols,
  • Les pratiques culturales.

Le SYMVAHEM fait appel à des entreprises privées et/ou des associations d’insertion pour réaliser les travaux. En parallèle, un animateur « érosion et ruissellement » au Syndicat mixte du Parc naturel des Caps et Marais d’Opale porte un appui technique pour la mise en œuvre des programmes.

La maîtrise des ruissellements ruraux se décompose en plusieurs actions :